Son parcours en quelques mots

Pour Frédéric Pasquier, la fromagerie d’Echarlens est une histoire de famille, lui qui est devenu acheteur de lait en mai 2009, à la suite de son père, et qui est secondé aujourd’hui par son frère. En 2010, la fromagerie déménage dans de nouveaux locaux et accueille la société de laiterie de Morlon et environs, qui produit du lait bio et qui s’ajoute au lait traditionnel d’Echarlens. Aujourd’hui, la laiterie transforme 2 millions de kilos de lait traditionnel et 1,3 million de kilos de lait bio par année. Quant au Vacherin Fribourgeois AOP, les deux sortes sont fabriquées, mais avec une majorité de bio. D’ailleurs, Frédéric Pasquier sent que de plus en plus de consommateurs sont sensibles à la production bio et la demande est toujours plus conséquente.

Son ressenti sur ces distinctions

Comme pour les autres lauréats, Frédéric Pasquier a été agréablement surpris de recevoir le prix d’or : « Comme il n’y avait pas de distinctions avant cette année, nous ne calculions pas spécialement nos moyennes. Par contre, nous faisions déjà notre maximum pour que la qualité soit au rendez-vous et c’est très gratifiant que cette régularité soit récompensée. » Cette récompense est également une motivation pour le futur, même si le fromager d’Echarlens ne va pas se mettre la pression pour viser le prix d’or : « Nous allons tout mettre en oeuvre pour que la qualité soit au top, le reste c’est du bonus. Tellement de paramètres entrent en compte dans la fabrication qu’il est difficile d’être toujours premiers. » Mais pour Frédéric Pasquier, qui préfère largement être dans les coulisses que sur le devant de la scène, les félicitations s’adressent surtout à la qualité et au sérieux de ses collaborateurs, des producteurs de lait, de l’affineur et des marchands de fromages : « C’est une récompense pour toute la chaîne. »